Le printemps des pères - Henri Husetowski -

Publié le par Marie

le-printemps-des-peres.jpg

 

Je l'attendais avec impatience le pemier roman offert en partenariat avec BABELIO.

 

Aussitôt arrivé si tôt lu.

 

Quatrième de couverture

 

Ludovic et Gaétan sont amis, à la vie à la mort. Jusqu'à ce jour du printemps 42, où Ludovic croit voir Gaétan se jeter du haut d'une falaise. Face à ce doute, il décide qu'il ne dira rien à personne - rien aux gens du village partis à la recherche de Gaétan, rien à la mère ni à la soeur de son ami... En quelques heures, la vie de Ludovic bascule : la disparition de Gaétan va le transformer radicalement. Sans pathos, avec humour, Henri Husetowski brosse, après L'Été chagrin (Buchet/Chastel, 2009), le portrait de deux adolescents pris dans la tourmente de l'histoire.

 

Mon avis 

 

Les premières lignes de ce roman m'ont captivé, l'histoire se mettait en place, j'avais hâte de poursuivre, l'écriture est simple, fluide. C'est un gamin qui raconte.
Je trouve dommage que l'auteur ai donné autant d'importance au sexe, à cette découverte auprès de femmes mariées ou de petites vertus. 
Ca tourne à l'obsession chez les gamins rencontrés au cours de l'histoire.
Il est vrai qu'on est en période de guerre, qu'on parle un peu des maquisards, du marché noir, je pensais qu'il y aurait plus de vie, d'incidents ou secrets de ce coté là.
Certes cet enfant " Ludovic" est malheureux, n'ai pas aimé de sa mère,elle ne cesse de lui jeter à la figure qu'il n'est qu'un bâtard;. Ludovic n'aime guère sa mère,  voudrait choisir comme famille celle de son copain Gaétan ou il passe la plus grand partie de son temps auprés de la maman de celle ci  qu'i l'aime comme un fils et de sa soeur Pierrette qui ne pense qu'à le mettre dans son lit ...

Peut-être que je n'étais pas disposée pour ce genre de lecture, mais je suis loin d'avoir ressenti des sentiments pour les protagonistes.. Côté suspens idem , rien de palpitant.


J'ai lu rapidement ce livre pensant qu'il y aurait à un moment ou un autre un grand évènement, un déclenchement.


Une histoire d'ados oui ; mais je me vois mal offrir ce livre à mes neveux et nièces.


Je suis désolée d'être aussi sévère, peut-être que d'autres lecteurs auront appréciés. 

 

Je remercie chaleureusement Babélio et les éditions Buchet Chastel ; quand à Henri Husetowski , j'ai fait la connaisance d'un nouvel auteur, si j'ai l'occasion de trouver son premier roman : L'été chagrin je serais ravie de découvrir cette histoire pour ne pas rester sur un mauvais avis d'un auteur.


Publié dans J'AIME.....UN PEU

Commenter cet article