Maria - Pierre Pelot -

Publié le par Marie

 

maria

 

Les Vosges sous l'occupation nazie. Maria est institutrice. D'une beauté saisissante, elle coule des jours insouciants avec son mari, Jean, patron du bistrot du coin. Lorsque les maquisards viennent la chercher à l'école devant ses élèves, ils promettent de la ramener bientôt, que tout ira bien… Commence alors le calvaire de Maria. Un calvaire qui durera toute sa vie.

Car voilà : Jean est un traître, un collabo, et beaucoup sont morts par sa faute. Pour l'avoir aimé, Maria sera battue, torturée puis violée, avec à jamais gravé en elle la disgrâce et la cruauté de ceux que la France élèvera bientôt au rang de héros.

Elle n'en parlera à personne. Cinquante ans plus tard, un jeune homme arrive dans cette vallée par une nuit neigeuse. Il vient rendre visite à l'une des pensionnaires de la maison de retraite. La voix fatiguée d'une conteuse sur les ondes d'une radio locale l'accompagne dans son périple nocturne.

Pour ses auditeurs, elle évoque l'histoire de ces terres où gèlent les eaux de la Moselle. Les fantômes du passé planent sur son récit.

 

Mon Avis

 

Un livre de 125 pages qui vous entraîne d'une seule traite sur un sujet évoqué mille fois : la guerre, les collabos.

Quand je choisis ce genre de lecture , je me dis et pourtant je ne suis pas fane de ces récits, revenir sur ce passé douloureux ... mais malgré tout, je me dis qu'encore une fois je n'ai pas été déçu.

Si Pierre Pelot n'est pas à son premier roman, pour moi ce fut une découverte, et je dois dire que j'ai aimé sa plume.

Que c''est beau, poétique cette façon de parler des choses, du temps, de le décire, le dépeindre .

Une particularité également, l'insertion de pages en italique s'ouvrant sur le moyen âge, récit  de cette conteuse .

Je me suis surprise à verser une larme, c'était tellement suptile cet instant entre ce jeune homme et cette pensionnaire de maison de retraite.

Concernant l'histoire proprement dite, je ne rajouterais rien, c'est suffisament éloquent dans le récit de l'éditeur.

Je retiens cependant  sur la couverture cette phrase : Méfiez-vous des apparences....

Preuve en est avec le secret dévoilé de Maria.

Je ne demande qu'a découvrir encore Pierre Pelot, un Lorrain, région que j'affectionne également.

 


 


Publié dans J'AIME.....BEAUCOUP

Commenter cet article